Article paru dans SO Bergerac, le 22 juillet 2011

Tania Magy promène son musée et son spectacle d'histoires roms en marionnettes, pour faire découvrir la culture du voyage.

 La plasticienne Tania Magy dans son musée ambulant. Photo A. T.

La plasticienne Tania Magy promène sa caravane-musée partout où elle peut promouvoir l'art rom et le voyage. Elle espère faire partie de la programmation du Festival de flamenco de Bergerac, en août. En attendant, elle a posé ses valises sur le terrain du théâtre du P'tit Chat noir, aux Vaures à Bergerac, le temps de terminer sa prochaine historiette. Elle y parle de la déportation des Tsiganes. « Mais pas de manière choquante, prévient-elle. Je veux faire passer un message d'espoir. » Pour cela, elle utilise des marionnettes faites de bric et de broc. Mais chaque objet a sa symbolique. « La cartouche de fusil représente la violence, explique-t-elle. La canette symbolise le rôle des Américains dans la libération des camps de concentration. »

Thèses à la Sorbonne

À côté de cela, des objets précieux ou de collection, des tableaux, des sculptures, des photos et des dessins accrochés jusqu'au plafond rendent hommage à tous les aspects de la culture rom. Même l'extérieur de sa caravane est recouvert de dessins. Et elle met tout cela en scène avec des jeux d'éclairage pour raconter des histoires qui s'adressent aussi bien aux adultes qu'aux enfants, aux Roms qu'aux autres. D'ailleurs, ce petit musée a été reconnu comme outil pédagogique par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) et l'inspection académique, ce qui lui permet de faire des interventions dans les écoles.