«  J'ai découvert le flamenco à travers le premier festival d’Arte Flamenco, organisé par le Conseil Général des Landes à Mont de Marsan en 1989. Très vite, à travers le festival Arte Flamenco que j'ai suivi d'année en année, j'ai approché un univers qui frappait ma sensibilité de photographe. J'étais certes spécialiste de la photo de presse, mais j'avais commencé mon métier en qualité de portraitiste : j'ai aussitôt ciblé l'expression, la gestuelle et le mouvement. Je travaille sur le flamenco comme sur le rugby ou la tauromachie : des photos très serrées, qui font saillir les détails des artistes – mains, pieds, visages...

...Arte Flamenco et l’année 1990 m’invitent à d’autres grandes rencontres : Fosforito, Paco de Lucia, la Famille Fernandez, jusqu’ à la fameuse nuit  consacrée à Camaron de la Isla… Attendu par son public jusque tard  dans la nuit, il procure à tous, et à moi en particulier, une émotion intense. Derrière l’objectif, j’ai les yeux noyés de larmes. Si ce concert démentiel a marqué les esprits et la légende du Festival, il fait aussi naître une œuvre qui fera référence :¨les mains de Camaron¨. Cette fameuse nuit de Camaron, à Mont de Marsan, a laissé son imprimatur sur la suite de mon travail. Son récit ouvrira le livre,ainsi
qu’ il a « ouvert » mon itinéraire..."

Jean-Louis Duzert dédicacera son livre "Balada flamenca"

Au rang des expositions de Jean-Louis Duzert, mentionnons celles ayant trait au Flamenco (Séville, Jerez, Lébrija, Madrid, Mont de Marsan, Nîmes, Béziers, Paris, Bordeaux, Biarritz, etc), à la Tauromachie (Vic-Fezensac, Mont de Marsan, Dax, Bayonne etc), aux Traditions (Bordeaux, Mont de Marsan, Parc régional des landes Gascogne), au Surf (Hossegor, Biarritz). Ses photographies firent également l'objet de projections à la Maison Carrée de Nimes, et à Lausane dans le cadre du festival international  de la musique.